Produit ajouté à votre panier
Valider le panierContinuer la commande
News
Remise en forme
TF1
Course à pied
Pectoraux en béton
Service à la Personne
New Balance
Renforcement musculaire

3 années de coaching: Didier témoigne

3 années de coaching: Didier témoigneLundi 11 Mai 2015

Depuis 2013, Didier fait appel à Thibault, notre coach sportif à Rennes, pour différentes préparations (UMTB, Marathon, Iron Man, ...). Il nous raconte sa préparation, ses courses et la contribution de CHALLENGE COACH à tous ses défis:

"Après environ 10 ans de courses trails un peu partout en France avec un point « culminant » en 2011 en étant finisher de la TDS (une des courses de l’UTMB, 119 kms, 7200 m de dénivelé positif, réalisée en 30h), il m’est apparu évident qu’il fallait que je rende mon entraînement un peu plus « organisé » et « sérieux » si je voulais m’attaquer en 2013 à la marche supérieure, l’UTMB lui-même (170 kms, 9600 m de dénivelé positif). 

C’est ainsi que j’ai fait appel à l’été 2012 à CHALLENGE COACH et plus particulièrement à Thibault, son représentant rennais. Il a d’emblée organisé mon entraînement en tenant compte de mon objectif d’une part mais en étant aussi sensible à mon emploi du temps professionnel parfois chargé, à mes « coups de mou » et en sachant y insérer des périodes de repos même si je n’en ressentais pas le besoin. 
C’est sur la durée que j’ai clairement ressenti les bénéfices d’une telle gestion de mon capital physique et psychique puisque je me suis présenté au départ de l’UTMB en août 2013 dans des conditions que j’aurais été incapable d’obtenir seul. En effet, je n’aurais pas su établir des plans d’entrainement adaptés et n’aurais pas eu la volonté de m’investir autant dans des séances de fractionné, de nuit, dans la froid, sous la pluie, etc…. si je n’avais pas eu quelqu’un de qualifié et très moteur qui m’encourage et me motive.
 
L’aventure UTMB s’est mal terminée puisque j’ai été contraint d’abandonner après 12h de course environ pour des problèmes d’estomac qui concernent une très grande majorité des abandons sur les Ultratrails. Malgré la déception qui fut forte, elle n’a pas remis un seul instant en cause l’entraînement que j’avais mené avec Thibault car cette difficulté stomacale ne pouvait être détectée puisque je n’en avais souffert sur la TDS qu’après 28h de course et puisque que  j’avais préparé parfaitement mon alimentation. En résumé, il est apparu évident en 2013 qu’il ne fallait pas que j’aille plus loin sur des Ultratrails au risque que le problème se reproduise. Thibault a accepté de continuer à m’entrainer et nous nous sommes fixé comme objectifs pour 2014 de terminer un marathon (Mont St Michel) et un half-ironman (St Lunaire).
 
Nous avons maintenu une charge élevée d’entrainement (élevée pour un amateur comme moi qui n’a jamais eu des capacités cardiaques et pulmonaires très hautes et qui approche les 50 ans !) avec, en fonction des périodes de préparation, de 5 à 6 sorties par semaine (1 à 2 en natation, 1 à 2 en vélo, 1 à 3 en course à pied). L’objectif a été atteint, même si les temps réalisés ont été supérieurs à ceux qu’on avait imaginé pour cause de départ trop rapide sur le marathon (malgré les recommandations de Thibault qui me dit régulièrement de ne pas me laisser aller trop vite aux sensations) et un parcours trop exigeant pour moi sur le half-ironman pour me permettre de finir la course à pied dans de bonnes conditions. J’en ai toutefois tiré la conclusion que ces distances (marathon et half-ironman) étaient à ma portée et qu’elles correspondaient bien à mon profil peu rapide mais endurant. C’est sur ce constat que Thibault et moi avons décidé de travailler nos objectifs 2015, à savoir refaire un marathon (Nantes le 19/04) et un half-ironman (Sud-Vendée le 04/10).
 
Dès la reprise de l’entrainement en octobre 2014, il a fallu gérer un problème d’inflammation à l’aine de la cuisse, problème qui m’handicapait (et m’handicape toujours un peu) en vélo et lors d’entraînements course à pied en montée. Nous avons fait le choix avec Thibault et mon kiné de stopper les sorties vélo pour tenter d’atténuer voire d’aider à la « réparation » de ce problème. Ca n’était pas trop gênant pour la préparation puisque c’était le marathon qui arrivait en premier et que le half-ironman n’est prévu qu’en octobre. L’entrainement s’est donc concentré sur la natation et sur la course à pied, pour même monter à  4 entraînements course à pied sur les 2 derniers mois avant le marathon.
Années après années depuis 3 ans, mes capacités cardiaque et pulmonaires se sont améliorées, grâce à la masse et à la diversité des entraînements couplées aux périodes de repos volontairement planifiés par Thibault. J’ai également appris à mieux me connaître, à savoir gérer mes efforts en résistant à la tentation d’aller trop vite au départ, à être sensible aux petits détails physiologiques qui fonctionnent comme des alerteurs. En parallèle, les conseils de mon coach, son implication et sa recherche continue d’informations sur mon état à un instant T nous ont permis de parfaitement doser les entrainements pour que je sois au top le jour J. Il a fallu toutefois gérer les « bobos » tels qu’une élongation au mollet 6 semaines avant la course du 19 avril. Pendant 10 jours sans course à pied, on a compensé par 4  entrainements natation et j’ai pu revenir au footing sans avoir quasiment rien perdu de mon travail préalable.
 
Après une dernière semaine d’entrainement « light » (1 fractionné léger, 1 séance natation) et un massage kiné 36 heures avant la course, je me suis présenté au départ en pleine confiance et j’ai d’emblée senti durant les 15’ d’échauffement qu’on avait fixé avec Thibault que j’étais dans un bon jour et que « ça allait le faire ». Les conditions météo étaient quasi-idéales (à part un peu de vent de face par endroit) et le terrain quasi-plat tout à fait en phase avec mon profil. L’objectif de 4h15 me semblait de plus en plus atteignable.
Pour ne pas tomber dans le piège du marathon 2014, j’ai choisi de démarrer de l’arrière de la course et donc de laisser partir loin devant le meneur d’allure 4h15. Je me suis forcé à ne pas accélérer sur les 5 premiers kilomètres et à rester à une allure de 6’30’’ au km en étant convaincu (grâce à mes sorties longues durant l’entrainement) que je pourrais progressivement rattraper les 4h15 sur la durée de la course. Après le 5ème, j’ai progressivement accéléré pour finalement passer les 10 kms en 1h00. Tout se passait bien, le souffle et le cardio était parfaitement stabilisé et, étant parti de l’arrière, je n’ai fait que doubler des coureurs jusqu’à la fin. La sensation me rendait un peu euphorique et je sentais que je pouvais accélérer mais j’ai choisi de rester au rythme de 5’40’’ au km qui était le plan qu’on avait fixé avec Thibault. 
A ce rythme, j’ai lentement mais sûrement rattrapé au 15ème km le meneur d’allure 4h15. J’ai hésité à rester avec lui pour « assurer » mais ai finalement fait le choix de continuer sur mon rythme. Ralentir aurait peut-être eu un effet négatif.
Je suis ainsi passé en 1h55 au 20ème km, puis 2h50 au 30ème km. C’est vers le 32 ème km que les choses se sont un peu compliquées. Les muscles des jambes ont commencé à devenir douloureux jusqu’à « pomper » beaucoup plus sur le cardio et donc à m’obliger à ralentir. J’ai fait les 10 derniers kilomètres en 1h01, ce qui m’a fait terminer en 4h03. Les 4h00 étaient à la fois près mais aussi très loin quand je me remémore la douleur des 5 derniers kms. 

Cette course m’a encore plus motivé à persévérer sur cette distance et à recommencer l’année prochaine pour franchir la barre des 4h qui semble un objectif jouable si la qualité et la masse de mon entraînement sont du niveau de celles que j’ai eues depuis 8 mois. En attendant, Thibault et moi nous sommes lancés dans la perspective du half-ironman en octobre. J’ai recommencé à m’entrainer en vélo, je me suis beaucoup amélioré en natation depuis 3 ans et, compte tenu de ce que j’ai pu faire en course à pied depuis quelques mois, je pense que finir ce half-ironman en 6h15 est un objectif raisonnable et qui me satisferait."

Un grand merci à Didier pour ce témoignage et à Thibault pour son accompagnement depuis 3 ans !
 

Lire aussi:

Témoignage: Hélène et son 1er marathon

Témoignage: Fatiha et sa remise en forme

Témoignage: Roland et sa préparation marathon

Témoignage: Cédric en recherche de renforcement musculaire et de perte de poids

Témoignage: Déborah et sa perte de poids d'après grossesse

Témoignage: Janet et sa préparation marathon

Témoignage: Nathalie et sa perte de poids

Témoignage: Bruno et sa progession en course à pied


News